Caisse unique: 67% des Suisses la plébiscitent

Selon une enquête du Temps, une large majorité de Suisses est favorable à la Caisse unique pour faire baisser les coûts.

 

C'est un sondage aux résultats pour le moins surprenants. Après avoir refusé deux fois l'idée d'une caisse maladie unique pour l'assurance de base lors de votations fédérales en 2007 et en 2014, voilà que les Suisses la privilégient aujourd'hui pour faire baisser les coûts de la santé, révèle Le Temps qui a fait réaliser une enquête Sophia à l'occasion du Forum des 100 qui se déroulera jeudi à Lausanne sur ce thème.

«Il semblerait que cette idée, populaire en Suisse romande, fasse «dorénavant son chemin outre-Sarine», estime le journal. Interrogé, le responsable du comparateur de primes Comparis.ch Felix Schneuwly penche plutôt pour «un réflexe de mauvaise humeur par rapport à la hausse constante des primes». Selon lui, dans les urnes, les Alémaniques refuseraient à nouveau la caisse unique.

Paradoxe

Le sondage révèle également un paradoxe, souligne Le Temps. En effet, 64% des Suisses sont satisfaits et 22% sont très satisfaits du système de santé suisse et pensent même qu'il est le meilleur du monde. Pourtant, ils sont 62% à penser aussi que le rapport coûts/qualité est passable, voire mauvais ou carrément très mauvais. En clair: la médecine coûte trop cher par rapport aux soins prodigués, estime le journal.

Dans ce sondage, la population lance même un véritable cri d'alarme: 67% des sondés estiment en effet que les dépenses par ménage sont trop élevées, voire beaucoup trop élevées. Ils ne sont que 31% à penser qu'elles sont modestes et appropriées. Plus inquiétant encore, estime Le Temps, la majorité des personnes interrogées (64%) estime qu'il ne sera pas possible de réduire les coûts de la santé dans les 5 à 10 ans à venir.

Fossé entre leaders et population L'enquête Sophia a également soumis aux sondés 16 propositions pour faire baisser les coûts de la santé. Mais aucune d'entre elles ne semble pouvoir dégager une majorité. Du côté de la population, 62% verraient favorablement l'idée de limiter les primes à 10% du revenu brut. Mais les leaders d'opinion privilégient eux à 65% la réduction du nombre d'hôpitaux publics et une hausse de la franchise minimale à 500 francs.

Quant à savoir qui est responsable de la hausse des coûts, le sondage montre également une divergence d'opinion entre la population et les leaders d'opinion. La première estime que c'est la faute aux entreprises pharmaceutiques et aux caisses maladie. Les seconds pointent eux le vieillissement de la population et les progrès de la médecine.

Autant d'avis différents qui font dire au Tempsque le système suisse sera difficile à réformer. D'autant que les idées des uns et des autres se heurtent à l'écueil de la démocratie directe. En Suisse, c'est le souverain qui tranche le plus souvent en dernier ressort. Or, il se montre avant tout soucieux de préserver les acquis et peu enclin à se lancer dans des réformes en profondeur aux effets controversés, conclut le journal.

L'étude Sophia a été menée sur internet du 13 au 18 mars 2017, auprès de 538 Romands, 538 Alémaniques et 206 Tessinois représentatifs de la population âgée de 18 ans et plus. Par ailleurs 348 politiciens, chefs d'entreprises, personnalités de l'économie et de la culture ou encore scientifiques y ont pris part, en tant que leaders d'opinion.

Liens

linkeldininterrush

Newsletter

Contact

Un  problème d'assurance ?

Nous contacter

A propos de Forte Broker

A votre disposition

Lundi au Jeudi:
08h00- 12h00 / 13h30- 17h00

Vendredi :
08h00- 12h00 / 13h30- 16h00